Beat Bang est une application ludique, pour smartphones et tablettes, qui invite à la découverte des musiques électroniques de 1988 à aujourd’hui grâce à 500 disques de référence.

Comment fonctionne-t-elle ?

En abscisse : les années (de production des disques) et en ordonnée : les BPM (battements par minute, c’est-à-dire, le tempo des disques). Le croisement de ces deux types d’information a permis de classer les 500 albums en amas de différentes tailles. Pour découvrir ce que rassemble chacun d’eux, il suffit de faire exploser les bulles.
Apparaissent alors en constellation, les pochettes des différents albums ainsi que la date et les BPM de référence. Derrière chaque pochette, se cache un grand nombre d’informations sur l’album : texte descriptif, extraits audio de chaque morceau, albums apparentés en fonction du lieu, de l’artiste, du genre, avec éventuellement un portrait de l’artiste.
Voilà le principe de base. Après, la circulation se fait un peu dans tous les sens : en appuyant/cliquant à côté des agrégats, il est possible de dézoomer et, à ce niveau-là, le voyage se fait vers la gauche ou la droite pour reculer ou avancer dans les années, vers le haut ou le bas pour descendre ou monter dans les BPM.


Tout en bas de l’appli, les conglomérats deviennent bleus : il s’agit d’une catégorie un peu particulière qui regroupe en fait trois cas bien spécifiques. D’une part, les musiques qui avoisinent l’absence de temps, qu’il s’agisse de drones (musiques de texture en général) ou de l’ambient (musique planante peu rythmée) constituent les deux premiers cas ; d’autre part (troisième cas) des musiques avec un tempo tellement irrégulier qu’il est impossible d’en dégager une constante.

Une médiathèque mobile

Pendant longtemps, le seul moyen de profiter des fabuleux patrimoines des médiathèques a été de venir se perdre dans leurs murs et leurs rayons. Aujourd’hui, PointCulture (ex Médiathèque de la Communauté française) choisit de se dématérialiser et de se propager sur tous les écrans nomades pour devenir disponible partout, tout le temps. Elle entame une collection d’applications qui deviennent chacune le territoire vivant de notre mémoire musicale, une discothèque ou une cinémathèque thématique, élargissant le champ du sensible. Au fur et à mesure de leur création, ces cellules-médiathèques deviendront intelligentes et collaboratives, dressant une véritable cartographie sonore.

Les contenus proposés par ces applications sont agencés selon des systèmes de navigation à la documentation rigoureuse et aux modes de recherche créatifs. Les clés d’entrées et les logiques de découverte favorisent l’immersion la plus complète dans les esthétiques sonores, tandis qu’une plateforme rédactionnelle modulable replace les productions artistiques dans leurs contextes et leurs ramifications sensibles en associant information historique et pistes d’interprétation.

Beat Bang est la première de ces cellules. Une cartographie des pulsations électroniques qui irriguent une grande partie des esthétiques sonores depuis bientôt un quart de siècle et se métamorphosent de génération en génération…

Beat Bang – le rythme, une histoire de cœur

Beat Bang raconte cette histoire que nous faisons démarrer en 1988 et qui, très rapidement, devient une multitude d’histoires imbriquées. Tout commence par une confrontation sociale : l’aliénation industrielle, le travail à la chaîne abrutissant, un rythme de production qui symbolise l’accélération globale de la société. Et puis, très vite finalement, arrive la désindustrialisation. Le chômage massif. Au rythme speedé porteur d’une transe promettant de beaux jours économiques succède une décrue redoutable, une retombée, un rythme dépressif. Ces deux temps inséparables de la modernité, plutôt que de les subir passivement, des artistes vont se les approprier et les transformer en musique. La pulsation industrielle, captée et transformée par les appareils électroniques, devient le matériau musical d’une des plus importantes aventures musicales du XXème siècle et qui se poursuit au XXIème. La techno est un courant critique qui dévoile la violence des cadences imposées aux corps et aux esprits et puis qui s’émancipe en transformant ce beat asservissant en beat de délivrance et de jouissance. C’est là que l’histoire du beat social fait bang musical. Là où les grandes usines transforment les gens en robot, l’imaginaire technoïde libère les robots et organise la révolution cyborg.

Après, l’histoire s’élargit et se diversifie en fonction des pays, des villes, des technologies et des nouvelles aliénations économiques. La pulsation devient plurielle, explore et norme de nouvelles esthétiques, libère des frustrations en créant de nouveaux plaisirs de danses, de nouvelles formes de fêtes, de nouvelles dissidences esthétiques. Les musiques électroniques vont déployer un univers de formes inédites en perpétuelle expansion allant du plus tribal au plus cérébral. Là, où de l’extérieur, on entend souvent dire « ces musiques se ressemblent toutes, moulées sur le même beat », un examen approfondi révèle une diversité inventive qui, au fil des décennies ne se dément pas. Une mesure objective rend compte de cette diversité des cultures électroniques : elles couvrent un spectre très large, de zéro BPM à cent quatre-vingt-quatre.

Beat Bang – une histoire à suivre …

Pour cette première version, c’est la période 1988-2012 qui a été choisie avec pas moins de 500 disques de référence.
Beat Bang bénéficiera ensuite d’applications sœurs qui couvriront les musiques électroniques de 1920 à aujourd’hui et qui brasseront plus large encore au niveau des genres.

Liens :

- Reportage de TV Brussel – Brussels international 30 septembre 2012
Présentation à Bozar Electronic Arts Festival
- Détours, le magazine de La Médiathèque – n° 7 « Spécial Beat Bang »
A consulter en ligne
ou à télécharger en pdf
- La Sélec n°23 « Beat Bang est en vous »
A consulter en ligne ou à télécharger en pdf
- Plongez dans notre histoire des musiques électroniques
Articles, portraits d’artistes, mise en bouche, …
- Focus Vif, le supplément culturel du Vif L’Express – 21 Septembre 2012
« La Théorie du Beat Bang » par Laurent Hoebrechts
Dossier spécial Beat Bang & musiques électroniques à télécharger en pdf